Plusieurs femmes ont été fouettées à Kaga-Bandoro sur instruction du Chef rebelle de la Séléka, Alkatim Mahamat. Elles ont subi ces sévices corporels dans la journée du lundi 9 janvier, pour avoir demandé la nouvelle de leurs maris envoyés au combat par ce dernier entre les mois d’octobre à décembre 2016.

IMG_4475

Ces femmes sous un hangar témoignent une vie de tristesse à Kaga-Bandoro - © Rosmon 

C’est après avoir resté longtemps sans nouvelle de leurs maris et fils que plusieurs de ces femmes se sont mobilisées pour aller rencontrer l’homme fort de Kaga-Bandoro, le Général Alkatim Mahamat, a expliqué un habitant de la ville.

Leur demande d’audience n’a été refusée, sauf que ce général n’aurait pas supporté le ton qu’auraient utilisé ces femmes, selon deux de ces proches, pour lui réclamer l’existence ou pas de leurs maris envoyés au combat. Il a ordonné à ses éléments surplace, de passer aux fouets ces femmes.  

Après ce traitement, les femmes ont été maintenues durant des heures, avant d’être relâchées tard dans la soirée pour beaucoup d’entre elles, d’après les témoins.

Mais ces femmes se trouvent désormais dans un état de choc, qu’elles espèrent obtenir la justice d’une manière ou d’une autre.

Le nom du général Alkatim Mahamat a été plusieurs fois signalé dans de violences ces derniers temps y compris dans de violations de droits de l’homme et humanitaires au centre-nord de la République centrafricaine. Il aurait envoyé entre les mois d’octobre à décembre 2016, des éléments pour aller combattre aux côtés de ses paires se trouvant à Bria, Bambari et Mbrès. Mais nombreux éléments n’ont pas donné de leurs nouvelles depuis le déclanchement de ces raids de positionnement. /Rosmon