A 24 ans, Magalie Mokogon est toute jeune diplômée de l’Institut supérieur de management de Dakar. Elle a obtenu la note de 17/20 en soutenance. La place des femmes est au cœur de son mémoire.

WhatsApp_Image_2020_02_23_at_22

Magalie Mokogon lors de la cérémonie d'obtention de son diplome au Grand théatre de Dakar, le 15 février 2020.  

Magalie Mokogon a du cran et de la suite dans les idées. A 24 ans, elle ne cache pas ses ambitions. En devenant la première femme centrafricaine major de sa promotion à l’Institut de management de Dakar, elle montre aussi qu’elle est brillante.

Magali Mokogon est née en Centrafrique, mais a passé son enfance et sa jeunesse au Gabon. Pays dans lequel ses parents se sont installés en 2001 pour des raisons professionnelles. Fille d’une couturière et d’un financier, Magalie a vécu à Libreville, capitale gabonaise, dans le quartier Rondpoint de la démocratie.

Elle fréquente le collège Capitaine Ntchorere, où elle obtient son bac dans la série B, économie et sociale. L’assiduité est son principe. Magalie Mokogon n’a jamais échoué depuis le primaire jusqu'au master.

Mais c’est à Dakar, au Sénégal, qu’elle décide de poursuivre ses études universitaires. Ses deux sœurs étudient déjà dans ce pays. Sa famille est convaincue de la qualité de la formation choisie par Magalie. « Je n'ai jamais eu la chance d'avoir une bourse d'étude. Mes parents ont payé toutes mes formations. », d'après son parcours scolaire. 

Elle opte pour les sciences politiques et les relations internationales à l’Institut supérieur de management. Elle travaille durement et obtient sa licence en 2017. 

La cause des femmes

Féministe dans l’âme, c’est donc tout naturellement que Magalie Mokogon choisit de faire son mémoire sur « Le rôle de la communication sociale dans le renforcement du leadership féminin et la participation politique des femmes au Sénégal : cas de l’ONU-Femmes ». Le 26 décembre dernier, elle soutient brillamment devant un jury et décroche 17/20. Magalie devient major de sa promotion. Elle est officiellement diplômée le 15 février, au grand théâtre de Dakar.

https://youtu.be/lVc42VN_vFI

Cérémonie de graduation des étudiants de l'institut supérieur de management de Dakar

A l’aube d’une carrière qui commence, elle rêve de devenir une femme leader et pense sans cesse à son pays, la République centrafricaine. Elle espère rejoindre l’ONU-Femmes, pour aider ses compatriotes à gagner leur autonomie et promouvoir la parité dans tous les secteurs d’activités. 

 « J’aimerais que mes sœurs centrafricaines se lèvent et prennent leur destin en main. L’autonomisation de la femme passera aussi par cette voie… l’engagement des femmes ! », dit-elle. Elle ajoute : « Il n’est pas question de se sous-estimer parce qu’on est femme. Tout comme les hommes, une femme peut réussir, devenir leader et changer la situation de son pays, sa communauté ainsi que son foyer. Quand des femmes sont leaders, cela change la politique, la perception de ce que nous, femmes, pouvons apporter à l’humanité. » WhatsApp_Image_2020_02_24_at_14

Magalie Mokogon, elle, est prête à s’engager. Elle l’a déjà montré à plusieurs occasions. Ancienne présidente de l’Association de la communauté centrafricaine au sein de son établissement à Dakar en 2016, elle a également représenté la République centrafricaine au Sénégal lors de plusieurs manifestations officielles. Elle a notamment participé à la Carnaval de l’intégration, au défilé des Nations ou encore au repas communautaire lors duquel les étudiants sont appelés à partager leurs valeurs socioculturelles.

Dans un contexte où les Nations-Unies ont réaffirmé le besoin de donner aux femmes un rôle plus important dans la prise de décisions au niveau de la prévention et du règlement des conflits, Magalie Mokogon espère bien devenir un atout pour la République centrafricaine. / Z. Rosmon