Alors que certaines sources parlaient de l'exécution dans la journée du lundi des 6 policiers pris en otage par un groupe armé dans le quartier Pk5,  l’on annonce la tenue, ce mercredi 22 juin au niveau du commissariat du 3e arrondissement de Bangui, une cérémonie de leur libération. Cette situation plonge les habitants  et les parents dans une confusion totale.

 

FB_IMG_1466449792299

Cette cérémonie de libération annoncée dans la plus grande discrétion par certaines personnalités de la MINUSCA et du Ministère de la Sécurité Publique, en absence des parents des victimes ne serait pas vraie, d’après une source militaire. Et pourtant, tous les medias en parlent même si officiellement, le gouvernement ne s’est pas encore prononcé. Du coté des habitants de Bangui et des parents des victimes, c’est la confusion totale.

 « Il est difficile vraiment pour moi de dire que mon frère et ses collègues pris en otage ont été libérés. Tout le monde nous annonce leur libération mais personne n’est capable de nous donner leur position exacte. Les parents n’ont pas cessé de réclamer au gouvernement leur libération et on espère que cela devienne vrai », a fait savoir un proche parent de Castelo Ngananam, l’un des policiers pris en otage.

Contactée par le Blog Lettimbi, une source proche des ravisseurs nie toutes informations, selon lesquelles, les policiers ont été libérés. « Les gens peuvent raconter ce qu’ils veulent. La libération de ces policiers est conditionnée par celle de nos frères qui se trouvent au niveau de SRI, arrêtés arbitrairement.  Tant qu’ils ne sont pas libérés, il n’est pas question de libérer ces policiers », a expliqué dans une interview sous l’anonymat, une source proche des ravisseurs.

Certains leaders communautaires continuent de négocier avec ce groupe armé afin d’obtenir la libération de ces policiers, mais l’affaire semble être un peu compliquée, a déclaré ce matin au Blog Lettimbi l’un des médiateurs.  « Nous avons collecté 5.000.000 FCFA afin de remettre aux ravisseurs dans l’intention de négocier la libération de ces policiers. Mais les ravisseurs ne posent pas d’autres conditions que celle de libérer leurs éléments détenus au niveau de SRI », a fait comprendre un commerçant ayant contribué pour tenter d’obtenir la libération de ces 6 policiers.

À Bangui et ailleurs, les yeux sont désormais tournés vers le gouvernement pour savoir si oui ou non, les otages policiers ont été libérés comme annoncé depuis mardi soir.

Rappelons que le kidnapping des policiers au quartier Pk5 par des hommes armés intervient un jour après l’interpellation des éleveurs peuls à l’entrée Nord de Bangui. Suspectés d’être détonateurs d'armes illégales, les peuls détenus au SRI pour nécessité d’enquête, semble être la monnaie d’échange. /Rosmon