25 mai 2018

Centrafrique : 1,6 million de personne en situation d’insécurité alimentaire grave, d’après une analyse de la FAO

Selon la dernière analyse de l’IPC (Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire) effectuée au mois de mars 2018 en Centrafrique, 1,6 million de personnes souffrent d'insécurité alimentaire grave et si aucune aide n'est fournie, 2 millions - 43% de la population - souffriront d'une grave insécurité alimentaire pendant la période de soudure (avril-août 2018) et près de 690 000 en phase 4 de l'IPC (urgence).   D’après cette analyse, l'insécurité en République centrafricaine reste la principale cause de l'accès des... [Lire la suite]

29 avril 2018

Centrafrique : 25 000 000 de francs CFA injectés à Obo à travers la foire aux semences

La foire aux semences organisée du 27 au 28 Avril dernier à Obo, a permis à la FAO en collaboration avec l’UNHCR et JUPEDEC d’injecter plus de 25 000 000 de francs CFA dans l’économie locale. Cette activité fait aujourd’hui le bonheur des fournisseurs des semences venus de plusieurs régions de la préfecture de Haut-Mbomou. Un fournisseur venant de percevoir de la part de la FAO son argent après avoir vendu plueiurs sacs de paddy, courge et sésame à la foire.  © Rosmon Inscrite dans le cadre de la campagne agricole... [Lire la suite]
04 novembre 2014

Bangui : Un homme blessé par balle à Gobongo

Les activités ont repris à Gobongo comme dans tous les quartiers nord de Bangui samedi dernier. Mais des actes de violences perpétrés par de bandes armées continus dans ces secteurs. Dans la soirée du lundi 3 novembre, un homme s’est fait tirer dessus par un individu armé à Gobongo.  Il est difficile pour le moment de circuler sans s’être inquiéter dans certains quartiers, qualifiés de "quartiers rouges de Bangui": Boye-rabe, Fouh, Km5 et Gobongo. La nuit dernière à Gobongo, un homme âgé d’environ 40 ans a reçu une... [Lire la suite]
07 avril 2014

Bangui : la « charmoute » pullule le marché en absence de la viande crue

La consommation de la viande boucanée appelée « charmoute » est en hausse à Bangui, depuis que les violences intercommunautaires ont poussé des éleveurs et des bouchés musulmans à l’exode.                                             Photos de la charmoute sur le marché - Rosmon « Faute de grives, on... [Lire la suite]