Le lancement officiel de cette vaccination a eu lieu le 21 novembre dernier dans l’enceinte du Ministère Délégué à l’Elevage, en présence des techniciens de l’Agence Nationale du Développement de l’Elevage(ANDE) et ceux de la Fédération Nationale des Eleveurs Centrafricains(FNEC). 

IMG_9392

Séance de vaccination contre la rage le 22 novembre à Bangui-Photo : © Rosmon

Il s’agit d’une campagne de vaccination gratuite contre la rage, maladie transmissible à l’homme et toujours mortelle. Plusieurs cas de morsure ont été signalés ces derniers mois dans la ville de Bangui et celle de Bouar (ouest Centrafrique).

Cette initiative a été saluée par beaucoup de gens qui ont déjà amené leurs animaux, chiens ou  chats dès le lancement officiel de cette campagne. « C’est une grande satisfaction pour moi parce que je n’avais pas le moyen d’amener mon chien à la clinique vétérinaire afin de le vacciner. C’est pourquoi, je remercie le gouvernement et la FAO pour ce geste à notre faveur», a déclaré à la presse Nelson Gobouba, avant d’encourager ses paires, propriétaires des animaux domestiques à faire autant que lui afin de combattre la rage dans le pays.

Le virus de la rage est dangereux et toujours présent dans le monde y compris en République centrafricaine, selon Docteur Emmanuel Namkosset, Chef de Cabinet au Ministère Délégué à l’Elevage. « Chaque année, on assiste à un millier de cas de morsure de la part des animaux domestiques. Les cas sont souvent très graves, car c’est dans le cerveau que le virus se migre et cause plus de dégâts chez l’Homme», a expliqué ce dernier.  

Toutefois, d’après lui, la rage peut être maitrisée si les animaux sont immunisés. « Cette année, le gouvernement centrafricain à travers le Ministère Délégué à l’Elevage a sollicité auprès de l’Organisation Mondiale de l’Alimentation et de l’Agriculture(FAO), trois milles (3000) doses de vaccins, doses qui pourraient couvrir les zones Bangui-Bouar », a ajouté Dr Emmanuel Namkosset, Chef de Cabinet au Ministère Délégué à l’Elevage.

Symboliquement, les 21 et 22 novembre ont eu lieu, de manière simultanée, des vaccinations à la clinique vétérinaire du Ministère Délégué à l’Elevage et dans l’enceinte de la FAO. Au moins, cinq cent(500) doses de vaccins sur trois milles(3000) ont été déjà utilisées à quelques jours seulement du lancement officiel.

C’est dans le cadre de la résilience des populations touchées par la crise en Centrafrique que la FAO en appui au gouvernement a initié ces campagnes de vaccination gratuite contre la rage et celle concernant le gros bétail et les petits ruminants : soient Un million et demi (1 500 000) de bovins seront vaccinés d’une part et 600 000 petits ruminants le seront d’autre part. /Rosmon