t_l_chargement__2_

Au moins 3 personnes tuées et une partie du mur de la mosquée centrale criblée de balles! C’est le bilan enregistré par le Blog Lettimbi après une nouvelle tentative d’arrestation d’Aroun Gaye dans la journée du lundi 3 aout au Km5 par les forces de la Minusca appuyées par la Sangaris.

Après le violent combat de la veille, les forces internationales se sont retirés de l’enclave musulmane du km5 et les premières heures de la matinée du lundi 3 aout était relativement calme.

Mais, aux environs de 11 heures, les casques bleus de la Minusca, appuyés cette fois ci par les éléments de la Sangaris ont investi le secteur. Des tirs ont commencé à se faire entendre à l’intérieure des quartiers, les forces internationales ont répliqué d’abord en lançant le gaz lacrymogène dans la mosquée centrale où se trouvaient encore une cinquantaine de déplacés internes, avant d’utiliser de balles réelles, comme a expliqué un témoin.

"Ce sont les éléments de la Sangaris qui ont visé la mosquée et ce sont eux qui ont tiré sur cette femme qui se trouvait dans la mosquée. C’était une mère d’enfant, elle a succombé à sa blessure. Les dégâts auraient pu être plus graves que les impacts que vous voyez sur la mosquée. Heureusement, le contingent burundais s’était opposé aux militaires français", a fait savoir un habitant, témoin des scènes.

Les autres victimes de l’opération étaient l’imam adjoint de la mosquée centrale qui a été tué dans la cours derrière la mosquée et son fils qui courrait vers son corps qui a été lui aussi abattu, selon nos informations.

Pour les proches d’Aroun Gaye, l’ambassadeur de France en Centrafrique, Charles Malinas et le gouvernement de transition seraient derrière cette flambée de violence au Km5. Ils affirment par ailleurs que l’homme recherché, Aroun Gaye, n’a pas pris part à l’affrontement d’hier qui a fait trois morts.

Au cours d’un entretien accordé au Blog Lettimbi, un autre proche d’Aroun Gaye déclare être en contact téléphonique avec un officier de la Minusca qui souhaite négocier un arrêt de violence, information pas encore confirmée par les responsables de la Minusca. /Rosmon